Don Kenn

Publié le 1 Fév 2010

J’ai découvert le travail de Don Kenn il y a quelques mois avec l’impression d’avoir vraiment trouvé quelque chose que je cherchais depuis longtemps. Il développe un univers dont les préoccupations sont proches de celles autour desquelles je tournais quand j’ai fait l’habillage de mon blog. Il met en scène de façon récurrente l’émergence de créatures inquiétantes et parfois menaçantes. Mais les situations restent suspendues à cette simple confrontation, il ne donne jamais à voir le dénouement.

A picture you can't see

L’impression de temps en suspend est renforcé par le traité du dessin, d’une minutie monacale. Les éléments visuels : personnages, arbres, sol, eau, sont traités par le biais d’une répétition de motifs qui donne à chacun une texture qui lui est propre. Et ces éléments eux-mêmes (les personnages par exemple) se comportent parfois comme des motifs répétitifs.

A picture you can't see

Ce procédé couplé à l’absence de perspective géométrique à proprement parlé, contribue à l’aplatissement de la représentation et à la sensation d’immobilité et de cloisonnement. Dans ces dessins même les scènes d’extérieur deviennent claustrophobiques.

A picture you can't see

En fait ce que nous donne à voir Don kenn et qu’il répète tel un motif au fil des ses illustrations c’est peut-être le sentiment d’angoisse dans tout ce qu’il a d’étouffant d’entêtant et d’insoluble.